Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 03:58

LETTRE DE HENRI FERTET "Un condamné à mort de 16 ans"
Elève de seconde du lycée Victor Hugo à Besançon. Résistant condamné à mort par le tribunal militaire de la Feldkommandantur 560. Exécuté à Besançon le 26 septembre 1943.

"Chers parents"

Ma lettre va vous causer une grande peine, mais je vous ai vu si plein de courage, que, je n'en doute pas, vous voudrez encore le garder, ne serait-ce que par amour pour moi.

Vous ne pouvez savoir ce que moralement j'ai souffert dans ma cellule, ce que j'ai souffert de ne plus vous voir, de ne plus sentir peser sur moi votre tendre sollicitude que de loin . Pendant ces 87 jours de cellule votre amour m'a manqué plus que vos colis, et souvent je vous ai demandé de me pardonner le mal que je vous ai fait, tout le mal que je vous ai fait.

Vous ne pouvez vous douter de ce que je vous aime aujourd'hui car avant, je vous aimais plutôt par routine, mais maintenant je comprends tout ce que vous avez fait pour moi et je crois être arrivé à l'amour filial véritable, au vrai amour filial. Peut-être après la guerre, un camarade vous parlera-t-il de moi, de cet amour que je lui ai communiqué. J'espère qu'il ne faillira pas à cette mission sacrée.

Je meurs pour ma Patrie. Je veux une France libre et des français heureux. Non pas une France orgueilleuse, première nation du monde, mais une France travailleuse, laborieuse et honnête. Que les français soient heureux, voilà l'essentiel . Dans la vie, il faut savoir cueillir le bonheur.

Pour moi, ne vous faites pas de souci, je garde mon courage et ma belle humeur jusqu'au bout, et je chanterai "Sambre et Meuse" parce que c'est toi ma chère petite maman qui me l'a apprise.

Les soldats viennent me chercher. Je hâte le pas. Mon écriture est peut-être tremblée, mais c'est parce que j'ai un petit crayon. Je n'ai pas peur de la mort. J'ai la conscience tellement tranquille.

Adieu la mort m'appelle. Je ne veux ni bandeau, ni être attaché. Je vous embrasse tous. C'est dur quand même de mourir.
Mille baisers. Vive la France.
Un condamné à mort de 16 ans.

H.Fertet

Excusez les fautes d'orthographe, pas le temps de relire.
Expéditeur: Henri Fertet
Au ciel près de Dieu.

 

J'ai choisi cette lettre, premièrement parce qu'elle m'a émue aux larmes et deuxièment j'y vois la résistance d'un gamin de 16 ans contre la barbarie.Il a lutté jusqu'au bout ,résister de toutes ces forces , de toute son âme.

commentaires

L
16 ans et un courage d'adulte ! Pauvre enfant si jeune confronté à un monde de folie destructrice ! Sa lettre est digne d'un grand homme et pourtant si humble...
Je m'insurge contre ces hommes sans nom ni âme qui tuent des enfants !!!
Famille brisée....
Merci Vénusia et bisous
Répondre
V
Bonjour Luciole83
hélas où s'arrêtera la folie des hommes
bisous et bonne journée
O
Quel courage !! Je ne suis pas certain que j'aurais été à sa hauteur !
Répondre
V
Bonsoir Old Nut
je ne pense pas non plus avoir ce courage,
bonne soirée
M
Une bien triste lettre et encore pire, mourir à 16 ans pour une guerre qui n'a fait que semer la terreur et l'horreur de partout sur cette Terre. On pourrait faire un lien entre ce jeune Henri Fertet et le célèbre personnage de Victor Hugo, Gavroche qui meurt aussi pour la France. Très émouvante et triste rappel. Amicalement,
Répondre
V
Bonsoir Marie Louve
on peut en effet faire le parallèle entre ces deux enfants courageux jusqu'à l’abnégation
de leur vie
amicalement
M
Bonjour Chantal,

ça fait mal une telle lettre. Sa beauté; cet amour pour ses parents et son pays que l'on sent au travers de chaque mot; ce courage plein d'abnégation. 16 ans! L'age où l'on ne devrait songer qu'à rechercher l'amour, qu'à s'amuser , danser , faire des blagues et étudier. pauvre famille! Je ne peux pas imaginer leur souffrance morale.
Merci Chantal
Bises très émues
Répondre
V
Bonsoir Martine
leur souffrance doit être immense en effet,
bises et bonne soirée
F
des moments durs à passer aussi bien pour les familles qui ne reverront plus les leurs et pour ceux qui se voient mourir
Répondre
V
bonsoir Flipperine
toujours un moment très dur que le départ d'un des siens
bises et bonne soirée
E
C'est une très belle lettre, très émouvante. Merci de l'avoir choisie pour illustrer le thème.
Répondre
V
Bonjour Enriqueta
merci d'être passée sur mon blog
bonne journée
L
Bonsoir Vénusia. Une belle lettre, en effet, d'un grand adolescent devenu adulte prématurément et qui devient sans le savoir un héros à chaque mot fort et vrai qu'il écrit. Merci beaucoup, bisous.
Répondre
V
Bonjour Lenaïg
un pauvre gamin qui s'est battu pour la liberté surtout
bisous
M
Une magnifique lettre qui m'a ému jusqu'aux larmes Vénusia les mots me manquent tellement je me sens bouleversée...Merci du partage un message à transmettre merci de l'avoir fait ...bises l'amie.
Répondre
V
Bonjour Maria
je te comprends mon amie
bises
M
Cette belle lettre m'a émue, j'en ai les larmes aux yeux. Je ne dirai rien d'autre. Merci
Répondre
V
Bonjour Martine85
et moi donc!! c'est pour cela que je l'ai choisie
bises et bonne journée
J
Bonjour Vénusia, chez une autre aminaute j'ai lu semblable lettre d'un enfant du pays comme on dit exécuté à 19 ans, pas mieux n'est-ce pas... une jeunesse sacrifiée pour qu'un pays retrouve sa liberté.... merci à toi aussi... Bises, jill
Répondre
V
Bonjour Jill
merci
bises

Présentation

  • : au clair de terre
  • : poésies classiques, néo classiques, et libres
  • Contact

  • Vénusia
  • curieuse de tout.
j'ai besoin de ressentir une impression même fugace pour qu'un texte naisse sous ma plume.
un moment fugitif, et ma muse me taquine.
Ma plume aborde tout sujet gai, heureux, triste parfois macabre
  • curieuse de tout. j'ai besoin de ressentir une impression même fugace pour qu'un texte naisse sous ma plume. un moment fugitif, et ma muse me taquine. Ma plume aborde tout sujet gai, heureux, triste parfois macabre

Recherche